Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

David et Rachid
David Icart et Rachid Ouetassi

Le PanoraMarocain, événement photographique organisé par l'association nîmoise NegPos, ce printemps, a été l'occasion d'ouvrir un nouveau lieu, baptisé L'atelier de l'image, à Valdegour. Il accueille un des artistes invités, Rachid Ouettassi, qui arpente, depuis des années, les recoins de sa ville natale : Tanger. De belle facture classique, à la façon d'un Cartier-Bresson, chaque photographie capte la beauté ou la force d'un instant fugitif, en noir et blanc.
Des pêcheurs et leurs ombres sur le sable tirent des filets sur la rive. Deux gamins tapent, pieds nus, dans un ballon, leurs chaussures usées abandonnées sur la terre craquelée. Deux vieux lisent le journal devant un cinéma qui met Gad Elmaleh à l'affiche. Un cimetière de chiens, abandonné aux mauvaises herbes, évoque la fin de

la colonisation. Un homme attend, accroupi, de passer de l'autre côté de la Méditerranée. Derrière lui, les étapes du rêve : Rabah, Tanger, Espana.

vern Ouetassi12
la salle d 'exposition de l'atelier de l'image NegPos à Valdegour-Nîmes


« Le principe de mon travail, c'est le reportage. Mes images ont un aspect social, sur la pauvreté, la vie des gens, les migrants, prêts à tout pour une vie meilleure », précise le photographe marocain qui a réalisé, en 2007, un incroyable portrait de son ami écrivain Mohamed Choukri, à travers les endroits aimés de Tanger et les personnalités proches de l'auteur du Pain nu. « La photographie n'est pas reconnue comme un art au Maroc. Notre collectif l'Amap organise une ou deux grandes expositions annuelles mais c'est insuffisant. Il faut former le regard et créer des écoles de photo », explique Rachid Ouettassi, ravi d'exposer dans un quartier « où vivent beaucoup de jeunes qui pourront s'initier à la photo dans cet atelier. » Car cette nouvelle adresse devrait devenir « notre futur laboratoire, un atelier de production d'images alliant anciennes et nouvelles technologies et lieu de formation aussi », remarque Patrice Loubon, de Neg/Pos. Loué à Habitat du Gard en 2007, ce local trouve enfin sa vocation.
David Icart, jeune photographe, originaire du quartier et auteur d'un important travail à Valdegour et Pissevin, a été embauché pour assurer les permanences et animer les ateliers pour adultes et enfants. « Ici, c'est comme un village, tout le monde se connaît. Quand il y a du nouveau, les gens viennent voir. Après il faut s'installer dans le paysage pour qu'ils prennent l'habitude de pousser la porte, remarque David Icart. L'intérêt est d'attirer aussi des visiteurs de l'extérieur. » Une signalétique plus claire, sous forme de graff, pourrait aider prochainement. En attendant, outre l'exposition, des ateliers sont déjà proposés aux jeunes du quartier. Programme Exposition "Tanger" jusqu'au 5 mai, promenade Newton, du lundi au mercredi de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 17 heures. Stage d'initiation à la photo, par David Icart, les 12, 15 et 19 avril. Tél. 04 66 76 23 96 et 06 71 08 08 16. Expo également de Hassan Nadim, "Les Passants sur la place Jamaâ el Fna", à la galerie NegPos, cours Nemausus et de Claude Corbier à la Fnac (La Coupole) jusqu'au 30 avril. Internet : negpos.fr.

Muriel PLANTIER
Tag(s) : #Nimes Valdegour